Où est la fibre humaine ?

Angoulême, le 21 décembre 2018,

L’assemblée départementale était réunie ces 20 et 21 décembre en séance publique pour l’analyse des rapports budgétaires, ce qui nous a permis d’entrer dans les détails de chaque politique, lever des doutes quand il y en avait et malheureusement nous n’avons guère apprécié le résultat.

Il y a une chose fondamentale que cette majorité n’a pas compris : c’est le rôle et les compétences dévolues par la loi à un département et il faut avouer qu’après quatre ans d’exercice du pouvoir, c’est fort dommage d’être passé à côté de cette information capitale, nous leur avons pourtant maintes fois expliqué.

Le rôle central d’un département, c’est le social. C’est là une partie très importante de son budget et c’est malheureusement une politique que le département est en train de détruire par une nouvelle série de coupes sombres.

De nombreuses études nous confirment que la Charente se paupérise, que la Charente vieillit, que le nombre d’allocataires au rSa augmente, en bref que le besoin de grandes politiques sociales innovantes et ambitieuses n’a jamais été aussi grand.

Dés lors, la nouvelle série de diminutions –qui s’ajoute aux précédentes– notamment sur l’insertion, sur l’aide aux personnes âgées et aux personnes les plus vulnérables sont tout simplement intolérables, inadmissibles, irresponsables.

La majorité se gausse de ses investissements, de ses projets ambitieux (ou pharaoniques) sans avoir même conscience qu’elle n’a pas été capable de faire le strict minimum de son travail : aider les personnes les plus fragiles.

Car le rôle d’un département ce n’est pas prioritairement de s’improviser opérateur téléphonique. On constate aujourd’hui que pas un mètre de fibre n’arrive chez l’habitant, que les travaux s’embourbent et que le budget flambe, pour un résultat pour l’instant proche du néant. Où sont les 8 000 prises Ftth promises au 15 janvier 2019 ?

Un jour peut-être la Charente sera entièrement fibrée, la fibre arrivera dans des EHPAD en piteux état, dans des maisons vétustes et mal isolées faute de politique ambitieuse sur le logement, elle arrivera chez des personnes éloignées de l’emploi à qui on n’aura donné aucune chance d’insertion, elle arrivera dans des communes rurales en souffrance auxquelles le département aura fait subir la double peine de les priver de financements et de leur laisser le soin de payer pour la fibre optique.

Oublier l’humain n’est pas notre conception de la politique, mépriser les politiques sociales qui créent du lien, qui redonnent leur dignité aux personnes les plus fragiles ne l’est pas non plus.

Les dernières semaines nous ont montrées à quel point une partie de la population est éprouvée et pour l’instant du haut de son perchoir, François Bonneau fait la sourde oreille.