Communiqué suite aux orientations budgétaires

Angoulême, le 18 décembre 2015,

Le Conseil départemental était réuni ce matin en séance publique pour le débat d'orientations budgétaires, et l'examen de la troisième décision modificative de l'exercice 2015.

Les orientations budgétaires dévoilées par François Bonneau se résument à 67 pages de déclarations alarmistes, de tableaux abscons, de termes savants, comme pour mieux faire passer ce message : "Nous allons ré-endetter le département, sabrer dans la culture et dans le social et ce sera l'Etat le seul responsable".

Nous ne souscrivons naturellement pas à ce constat. Entre 2004 et 2015, nous avions réussi à fortement désendetter le Département (alors que la droite avait laissé la dette exploser de 174 % entre 1998 et 2004!), tout en maintenant l'investissement et en soutenant aussi bien la culture que les personnes les plus fragiles. Nous avions dû alors, nous aussi, faire face à des dotations en baisse, mais tout en réussissant à garder un cap pour notre collectivité, pour notre territoire.

La peur n'écarte pas le danger, mais c'est malheureusement le choix de la peur et du renoncement qui est fait par l'actuelle majorité.

De nombreuses politiques populaires tels que les cars départementaux à 1 euro, les spectacles "Dimanche à 15h", la gratuité de l'école départementale de musique pour les foyers les plus modestes ou les subventions aux associations culturelles sont explicitement menacées à brève échéance.

Souvenons-nous du programme départemental de la droite et des déclarations qui faisaient la part belle aux investissements dans les collèges, dans les routes, dans le développement touristique... Ces mots se sont envolés et ne restent que les écrits. On nous parle dans ce document d'orientations budgétaires de "l’application d’un floor sur les index des contrats classiques ou encore [des] pertes éventuelles sur les jambes receveuses des contrats de swap" vocabulaire digne de Wall Street qui ne pourra pas noyer l'aveu d'une politique basée sur une obsession: le Très Haut Débit partout, tout de suite. Sauf qu'il s'avère que ce dernier ne sera ni déployé partout, ni tout de suite.

La droite à repris le schéma départemental initié par la précédente majorité, et l'a légèrement accéléré, condamnant de ce fait le Département à faire des choix budgétaires insupportables pour les Charentais.

Nous nous sommes donc opposés avec force à ces orientations budgétaires qui détruisent des politiques qui fonctionnaient sans ne rien créer par ailleurs, qui font le choix de subventionner les opérateurs privés plutôt qu’aider nos associations, qui privilégient l’élitisme sur l’ascension sociale, qui représentent finalement la caricature de ce qu’un raisonnement purement comptable peut coûter au service public et au progrès humain.

Concernant la Troisième Décision Modificative, il s'agissait de voter sur de simples ajustements comptables de notre budget 2015, qui n'appellent donc pas de commentaires de notre part.

En revanche, la dissolution de l'établissement public de Chassenon, qui marque la continuité d'une entreprise de démolition de ce beau projet touristique par la droite a motivé notre abstention sur le vote final de cette DM.

Plus que jamais, les élus du groupe de gauche seront attentifs aux choix faits par la majorité de François Bonneau, et relaieront auprès d’elle la voix de tous les Charentais.