La fibre optique, c’est bien, la fibre humaniste, c’est mieux

Angoulême, le 16 décembre 2016,

Nous avons participé durant ces deux jours au vote du budget du département.

Un débat qui prend une tournure particulière puisqu'il y a à peine 10 mois nous avons voté le budget 2016 lors duquel nous nous étions élevé contre des coupes importantes sur un grand nombre de politiques. On aurait pu s'attendre à une accalmie et bien non, François Bonneau et son équipe sont revenus en décembre passer la deuxième couche avec une nouvelle série de baisses sur la culture, l'éducation mais aussi l'insertion, qui est pourtant une politique majeure de notre institution.

Ainsi, l'austérité et la brutalité vis à vis des plus fragiles qui caractérisaient le dernier budget se retrouvent ici à l'identique.

Notre groupe a eu l'occasion durant ces deux jours de poser un certain nombre de questions qui nous ont permis d'éclaircir quelques incertitudes, pour nous même mais aussi pour les Charentais, sur nos territoires, qui nous interpellent et qui s'inquiètent à juste titre des nombreux désengagements du département.

Nous n'avons pas obtenu de réponses bien rassurantes et nous sommes les premier à regretter d'être les spectateurs impuissants d'une lente asphyxie de toutes les politiques qui créent du progrès social.

La droite ne pourra pas éternellement rogner sur toutes les missions, les économies de bout de chandelle s'arrêteront quand il n'y aura plus de lumière. Ce jour là les Charentais demanderont des comptes et nous serons là pour leur expliquer les choix qui ont été faits.

Les investissements d'aujourd'hui dans l'éducation, la culture, le sport, ce sont moins de dépenses sociales demain. Nous l'avons toujours dit, notre département mérite qu'on investisse dans l'avenir et l'avenir ne se résume pas à la fibre optique.

Nous aurions aimé pouvoir terminer l'examen de ce budget, sur lequel nous avons eu une attitude responsable et constructive, votant en faveur de plusieurs rapports, mais arrivé justement à la délibération concernant la fibre optique, le président du Département a pris une position politico-politicienne qui ne l'honore pas, en nous privant de toute représentation au sein du nouveau syndicat mixte ouvert "Charente Numérique".

Nous estimons à juste titre que les citoyens Charentais que nous représentons méritent d'avoir leur mot à dire concernant cet aménagement phare, sur lequel la majorité a déjà perdu deux ans par des agissements sectaires confinant parfois aux limites de l'amateurisme.

Ainsi nous avions alerté François Bonneau en septembre sur les problèmes juridiques que posaient ses choix de gouvernance. Il avait balayé nos arguments avec mépris avant de se raviser deux mois plus tard, se rendant compte de son erreur. Nous estimons que nos actions constructives, si elles avaient été écoutées, auraient pu permettre de gagner beaucoup de temps sur ce sujet.

À défaut d'être écoutés, à défaut d'être intégrés à notre juste place au processus démocratique, nous avons donc choisi en conscience de quitter la séance.

Pour 2017, nous conseillons à la majorité d'avoir de la fibre optique mais aussi et surtout de la fibre humaniste. Elle en manque cruellement.